Jouer en forêt, c’est évoluer dans un espace qui change perpétuellement. Pour l’enfant habitué à la ville, rien n’y est droit, ni prévisible. Il faut s’adapter au milieu, aux matières, à la température, aux précipitations ou au soleil, aux animaux qui y vivent. La récurrence va permettre à chacun, à son propre rythme, de rencontrer la nature et tous ses paramètres.
L’enfant va passer par différents stades : l’observation et la familiarisation, la découverte et l’exploration qui vont lui permettre petit à petit de pouvoir vivre des expériences intenses avec la nature !

Ce n’est pas pendant les activités dirigées, mais pendant le jeu libre, que l’enfant va pouvoir se fondre dans la nature et atteindre un état d’immersion avec celle-ci.

Lors du jeu libre, chaque enfant décide individuellement ce que sera son jeu, où, avec qui, avec quoi et combien de temps. Le jeu libre permet à l’enfant d’apprendre à s’organiser selon les conditions, à prendre des décisions qui découlent de ses choix, à communiquer et à réagir.
Le jeu libre est une activité non structurée, il est initié par l’enfant sans que l’adulte ne le facilite, ne l’organise et n’intervienne.
Il est la base de l’exploration et figure comme élément essentiel dans la construction de l’identité de soi.

Il est caractérisé par la spontanéité, le plaisir, la liberté d’action et n’est pas orienté vers un but.

La richesse de l’environnement : Végétation, variations topographiques, éléments naturels détachés… sont autant d’invitations pour agir et explorer ! En jouant, l’enfant est en contact direct et sensoriel avec les éléments naturels. Les plus jeunes surtout, sont la plupart du temps intéressés par les éléments : manipuler, saisir la boue, la pluie, l’eau qui coule, les pierres ou les feuilles.

Dès 4 ans, l’enfant aime jouer en petit groupe, en toute tranquillité, sans trop d’intervention de l’adulte et avec le plus d’espace d’action et de décision possible. L’environnement naturel favorise le jeu imaginaire et social indépendamment de l’adulte.



Dans la nature, l’enfant est souvent actif et aventureux, il utilise vigoureusement son corps, il se lance des défis, il éprouve du plaisir à se dépasser ! Il cherche à explorer les risques que celle-ci lui offre et part à sa conquête. Il s’aperçoit que ses actions ont une conséquence, et il est confronté à cette conséquence. C’est ainsi qu’il développe une image réaliste de lui-même.

En gérant le risque, l’enfant va développer de l’expérience, une expérience qu’il gardera toute sa vie …
En jouant, l’enfant apprend à mieux connaitre ses capacités et ses limites. Il acquiert de la confiance en lui et améliore ses capacités motrices, son endurance et sa force.
La stimulation de la perception et du mouvement est centrale pour le développement sain de l’enfant. S’il ne peut pas assez se dépenser physiquement, cela a une influence négative sur les autres domaines du développement, notamment le développement intellectuel et les développements sociaux !

Le jeu risqué quand il est choisi par l’enfant est ainsi une source précieuse d’apprentissage :
“Un jeu où l’enfant doit se mettre en action, sans être certain de réussir.
Tenter une nouvelle expérience ou une nouvelle façon de faire où il doit puiser dans son bagage d’expérience et avoir le courage de se lancer dans l’exploration de la nouveauté !”